Stellenbosch

Lors de la Woordfees (Fête des Mots) de 2013 à Stellenbosch, cinq écrivains, un photographe et plusieurs vidéastes ont réalisé chacun un portrait de cette modeste ville universitaire sud-africaine située au cœur de la région viticole du Cap-Occidental.

Saskia de Coster

Saskia de Coster

Sauvage

Wildebeest

Audiolivre en français:

lecture Sauvage

Écoutez & Lisez

Lors de la Woordfees (Fête des Mots) de 2013 à Stellenbosch, cinq écrivains, un photographe et plusieurs vidéastes ont réalisé chacun un portrait de cette modeste ville universitaire sud-africaine située au cœur de la région viticole du Cap-Occidental. Partenaire local de citybooks, le festival littéraire Woordfees de l’Université de Stellenbosch a réservé un accueil chaleureux à Saskia de Coster et Arjen Duinker.

Outre ces auteurs de Flandre et des Pays-Bas, les écrivainssud-africains Marlene van Niekerk, Clinton du Plessis et Rentia Bartlett-Möhl (coordinatrice) participent également au projet. Le volet visuel de cette édition des citybooks a été confié au photographe Stefan Möhl, à la vidéaste Emma Lesuis et un groupe d’étudiants qui ont réalisé ensemble City One Minutes.

Depuis la première inspection à l’intérieur du pays effectuée le 8 novembre 1679 par Simon van der Stel vers les rivières et les terres fertiles de la vallée Jonkershoek, de nombreux immigrés européens se sont installés à Stellenbosch (= le bois de Van der Stel). Le caractère de ce village est ensuite défini par la viticulture (dès 1685) et l’enseignement (à partir de 1859 avec la formation d’enseignants).

La fondation du séminaire et du Collège Victoria en 1887, transformé en 1918 en université, a largement contribué à la caractérisation de Stellenbosch comme symbole de l’idéal afrikaner : une terre nourricière de patriotisme idéaliste qui ne se verrait remis en question que vers la fin de l’apartheid.

Actuellement, Stellenbosch est une ville universitaire avec quelque 24.000 étudiants de toutes origines. C’est un foyer du taalstryd (lutte linguistique) concernant l’emploi de l’afrikaans dans l’enseignement supérieur. L’université utilise essentiellement l’afrikaans comme langue académique, mais elle opère bel et bien dans un contexte plurilingue où l’anglais et l’isiXhosa jouent également des rôles importants.

 


Tydens die US Woordfees van 1-10 Maart 2013, maak vyf skrywers, een fotograaf en ʼn aantal video-kunstenaars saam ʼn stadsportret van Stellenbosch in Suid-Afrika – ʼn universiteitsdorp in die hart van die Wes-Kaapse Wynland. Die Universiteit Stellenbosch se Woordfees neem deel as vennoot van die projek en as gasheer van die Nederlander Arjen Duinker en die Belgiese Saskia de Coster en sorg vir onderhoude, losies en voordragte.

Behalwe hierdie Vlaamse en Nederlandse skrywers, neem die Suid-Afrikaanse skrywers Marlene van Niekerk, Clinton du Plessis en Rentia Bartlett-Möhl (koördineerder), deel aan die projek. Vir die visuele deel van hierdie citybook-uitgawe, sorg die fotograaf Stefan Arno Möhl, video-kunstenaar Emma Lesuis en ʼn groep studente wat saam ʼn reeks City One Minutes gemaak het.

Sedert Simon van der Stel op 8 November 1679 sy eerste binnelandse inspeksie onderneem het en gelei is na die waterstrome en goeie bougrond van die Jonkershoekvallei, het die indringer eik saam met die Europese kolonis homself permanent op Stellenbosch (bos van Van der Stel) vasgewortel.

Twee ontwikkelinge op die dorp het die karakter daarvan, soos dit vandag nog bestaan bepaal: die ontwikkeling van die wynbou-industrie sedert 1685, asook die ontwikkeling van Stellenbosch as onderwysstad sedert 1859 met die stigting van die Kweekskool. Met die ontwikkeling van die teologiese seminarium en in 1887 die Victoria kollege wat later (1918) die Universiteit van Stellenbosch geword het, het dit vinnig duidelik geword dat Stellenbosch ʼn simbool was van die nasionale ideale van die Afrikaners en ʼn voedingsbron van ʼn idealistiese patriotisme wat eers later, teen die einde van Apartheid, bevraagteken is.

Vandag is Stellenbosch ʼn universiteitsstad waar ongeveer 24 000 studente van verskillende bevolkingsgroepe studeer. Dit is ʼn middelpunt van die sogenaamde “taalstryd” waar die gebruik van Afrikaans in die Hoër Onderwys op die spervuur beland het. Die Universiteit is verbind tot die ontwikkeling van hoofsaaklik Afrikaans as akademiese taal, maar wel vandag binne ʼn meertalige konteks waar daar ook rekening gehou word met Engels en isiXhosa.