Bucarest

En novembre 2011, l’Asociatia Heritage a accueilli Ester Naomi Perquin, Anna Luyten, Răzvan Radulescu, Adrian Schiop, Jaap Faber et le photographe Christian Binder.

La capitale roumaine Bucarest est inéluctablement associée au communisme et à la révolution de ’89. Il existe par ailleurs peu d’autres villes offrant une vue sur tant de grisaille uniforme et aucune autre ville ne possède une telle manifestation d’autoglorification que Bucarest avec son Palais du Peuple.

Le lendemain du jour qui a vu éclater la révolution de ’89, Peter Oostveen est arrivé à Bucarest en tant qu’oncologiste dans l’équipe de Médecins sans Frontières. Et puis, il est resté fidèle à cette ville et ce pays : avec l’Asociatia Heritage, il réalise des projets dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la culture. Cette dernière a offert une belle opportunité de conclure un accord avec deBuren, l’instituant partenaire local du projet citybooks.

En novembre 2011, l’Asociatia Heritage a accueilli la poétesse néerlandaise Ester Naomi Perquin et la journaliste et écrivaine flamande Anna Luyten. Leur séjour leur a permis de contempler avec étonnement aussi bien les côtés les plus laids que les aspects les plus jolis de Bucarest. Les auteurs du cru participant au projet, le scénariste Răzvan Radulescu et le doctorant et écrivain Adrian Schiop, les ont très volontiers secondées dans cette exploration en les emmenant dans leurs propres coins favoris. De même que l’écrivain presque local Jaap Faber qui a habité ces dernières années à Bucarest. Et puis, on retrouve la trilogie beauté, laideur et révolution dans l’œuvre de Christian Binder, le photographe de Bucarest pour citybooks.

Lire ici une interview avec Ester Naomi Perquin et ici un entretien avec Anna Luyten lors de leur résidence à Bucarest, tous deux parus (en roumain) dans România Literară.

 

asociata heritage