Ven 23 mars 2012

Carnets du souterrain #12

© Carmen DeryckeDans le cadre d’un projet de traduction, des étudiants en traductologie de la Hogeschool Gent travaillent sur la traduction en néerlandais du citybook de Caroline Lamarche sur Charleroi, Patrimoine immatériel : un séjour au Pays noir. Les étudiants ont même fait une excursion à Charleroi afin de peaufiner leur texte dans l’ambiance même de la région minière. Chargée de cours de français à la Hogeschool Gent et grande animatrice de ce projet, Désirée Schyns a écrit un compte rendu de cette excursion au 'Pays noir'.

Étudiants et enseignants de Gand et Mons en excursion à Charleroi

© Désirée SchynsCette histoire commence par un froid matin d’hiver, le 9 février de cette année. Huit étudiants du mastère en traduction de la Faculté de Linguistique appliquée de Gand et un étudiant de Charleroi ayant accompli une année d’études à Gand se retrouvent pour discuter ensemble de la traduction du citybook de Caroline Lamarche, Patrimoine immatériel : un séjour au Pays noir, dont chacun a traduit une page en néerlandais.

Traduire est la meilleure façon de lire un texte, je trouve qu’en parcourant les traductions, le texte ne cesse de gagner en beauté. Les traductions des étudiants éclairent d’un jour nouveau le texte de Lamarche parfois revêche, rugueux, et qui ne se laisse pas aisément apprivoiser et connaître. Pour traduire, nous pénétrons jusque dans le souterrain : nous creusons dans le texte à la recherche de charbon et d’or surtout. Ne disait-on pas jadis « l’or noir » pour désigner le charbon ?


© Désirée SchynsComment traduit-on ‘terril’, en fait ? Le dictionnaire Van Dale situe le terme dans le contexte minier en Belgique en le décrivant comme une colline artificielle qui est un grand tas de déblais au voisinage d'une mine, synonyme de crassier. Et dans le texte de Lamarche apparaissent aussi des mots comme ‘trémie’ (sorte de tunnel) peu connu dans cette signification en France, mais utilisé surtout dans la région liégeoise.


Le voyage conduit le groupe de Gand à Mons où il est attendu par Carola Henn de l’Université de Mons (Faculté de Traduction et d’Interprétation). Elle travaille avec quatre étudiantes sur la traduction française du Radiolivre Erfenis (Héritage) de Joseph Pearce. Grâce aux étudiantes montoises, nous visitons le lendemain sous la conduite d’une guide Le Bois du Cazier, le lieu de commémoration de la mine de Marcinelle si tragiquement célèbre depuis l’accident de 1956 qui coûta la vie à 262 mineurs. Bien que Lamarche ne fasse pas allusion à cet endroit dans son citybook, il constitue indiscutablement la meilleure approche pour connaître un peu cette région.

© Désirée Schyns

A la fin de la visite, alors qu’on se réchauffe à l’intérieur en discutant encore avec la guide, Carola dit un truc qui fait que chaque chose trouve bien sa place. L’histoire de Pearce parle d’un guide qui ne raconte pas seulement l’histoire d’une tragédie, mais qui porte aussi la tragédie en lui. L’histoire de Lamarche évoque le déclin d’une région qui tente de s’arracher à l’absence de perspective, histoire que vient de nous raconter d’une manière inimitable une guide qui porte également une part de tragédie en elle. Son père avait en effet été littéralement habité par la mine puisqu’il est mort fort jeune de silicose. De cette manière, Lamarche et Pearce se rejoignaient dans notre projet de traduction.

Désirée Schyns, chargée de cours de français, département Traductologie Hogeschool Gent.

Lire le compte rendu complet ici (en néerlandais).


Les traductions à Gand et à Mons s’effectuent dans le cadre d’un projet de traduction dans lequel des étudiants de l’enseignement supérieur des différentes communautés linguistiques en Belgique collaborent pour la traduction littéraire de deux auteurs belges : « La traduction littéraire : collaborer pour communiquer ». Ce projet a obtenu un soutien financier du Fonds Prince Philippe et est soutenu par deBuren.


Photo's: Désirée Schyns et Carmen Derycke

 

Close

réaction sur ce post

Domaines marquées par petite étoile sont obligées.

n'est pas montré