Jeu 24 novembre 2011

Carnet du souterrain #7

Si le froid et la brume dominent Bucarest en novembre, l’ambiance chaleureuse est néanmoins assurée, ne fût-ce que grâce au vin, au palinca et aux nombreux mets traditionnels. La compagnie au grand complet composée de trois auteurs des plats pays (Anna Luyten, Ester Naomi Perquin et moi-même), de deux héros de la plume locaux (Răzvan Radulescu et Adrian Schiop) et d’un jeune photographe (Christian Binder) étaient conviés ce mardi 21 novembre à la table du partenaire local de deBuren à Bucarest, Peter Oostveen et son épouse Silvia. Les sujets de conversation ne manquèrent pas, allant des différences entre Bucarest et Bruxelles peut-être moins importants qu’on ne le pense, jusqu’à la politique mondiale en passant par le tennis de table. De tout ce qui sera encore entrepris les jours suivants, soirées littéraires et autres concerts de musique Roma, on trouvera bientôt des comptes rendus en ligne.

 

(Jaap Faber, maître de conférences de langue et littérature néerlandaises à l’Université de Bucarest et coordinateur de citybooks Bucarest)

Close

réaction sur ce post

Domaines marquées par petite étoile sont obligées.

n'est pas montré